Motif%20bleuet_fond%20blanc_edited.png

Les valeurs de Simone

Des fleurs locales travaillées de façon responsable

Travailler les fleurs, c’est travailler la nature. Et pourtant, au fil des années, l'art floral semble avoir perdu son côté naturel.

Avec Simone, j'essaie de le reconnecter à son caractère spontané.

Le chemin à parcourir est encore long, et j’en découvre les détours quotidiennement – mais je vous emmène bien volontiers dans mon aventure. Elle s’articule autour de quatre points principaux :

  • Choisir des fleurs de saison

Manger des cerises en novembre, cela vous paraît probablement absurde. Mais recevoir des roses lors de la Saint-Valentin ?

Tout à fait normal. Et pourtant, non !

Aujourd’hui, l’offre de fleurs est tellement étendue qu’on oublie qu’elles sont, comme les fruits & légumes, dépendantes des saisons : rappelez-vous de l’attente des premiers perce-neige, des pivoines qui prédisent l’arrivée des beaux jours, des dahlias qui annoncent la rentrée scolaire, … Choisir des fleurs de saison, c’est respecter le rythme de la nature.

  • Préférer des fleurs belges

Travailler avec des fleurs locales plutôt qu'importées, cela permet de réduire le coût écologique (transport en avion depuis le bout du monde) et humain (culture dans des circonstances peu respectueuses) de ce magnifique bouquet qui trônera bientôt sur ta table basse.


Je préconise donc les fleurs belges, provenant de producteurs passionnés (un tout grand merci à Marie et Valentine de 

Marie Poppies sans qui cela ne serait pas possible).


En hiver, il y a très peu de fleurs belges. Pendant cette période, je choisis de travailler avec des fleurs séchées, qui embelliront ton intérieur pendant de longs mois avant de faire place, au printemps, aux premières fleurs fraîches locales de l’année.


  • Limiter les produits chimiques

Tu vois ce petit sachet que tu as reçu avec tes fleurs il y a quelques mois, qui traîne depuis au fond d’un tiroir avec les baguettes du restaurant chinois commandé il y a des semaines ? Félicite-toi d’avoir oublié de l’ajouter dans ton vase – il est rempli de produits chimiques qui n’ont rien à faire dans nos eaux.

La recherche vers des alternatives est en cours, mais en attendant, pour prolonger la durée de vie de ton bouquet ou ta composition, suis les étapes décrites ici.

  • Utiliser du matériel responsable

Si la mousse florale (Oasis) a d’innombrables avantages, elle possède, à mes yeux, un inconvénient majeur : un bloc d’Oasis ne s’utilise qu’une seule fois, après quoi il ne sera jamais recyclé, mais se dégradera pour créer des microplastiques qui polluent nos océans.

L’utilisation d’Oasis est tellement répandue qu’il est très difficile de trouver des alternatives. Cela demande beaucoup de recherche, de créativité, d’essais et d’erreurs. Mais quand on pense au nombre de déchets évités, on se dit que le jeu en vaut bien la chandelle !

 

+32 470 20 41 11

  • Facebook
  • Instagram